Entretien avec Michael Mines, avocat en questions criminelles

« Il faut garder en tête qu’aucune situation n’est noire ou blanche »,
Michael Mines, avocat spécialiste des questions criminelles, Vancouver, Colombie-Britannique

QUELS SONT LES ÉLÉMENTS QUI VOUS ONT FAIT CHOISIR LE DROIT CRIMINEL ?

Ce qui me plaît, c’est la dynamique humaine : j’ai la responsabilité d’aider des individus ayant de sérieux problèmes et de les représenter en cour. Je deviens leur voix. Ces interactions peuvent être très intenses dans le droit criminel parfois.

Ce à quoi s’ajoute toute la dramaturgie des plaidoiries devant la cour. Par ailleurs, je trouve intéressant d’avoir la responsabilité de tenir tête à la police et aux autorités qui jouissent d’un très large pouvoir. Il y a enfin dans mes motivations un facteur personnel : mon père, un immigrant avec peu d’éducation, m’a poussé vers cette profession. Grâce à elle, je me sens respecté et écouté.

COMMENT AVEZ-VOUS CRÉÉ VOTRE PROPRE ACTIVITÉ ?

J’ai souhaité très tôt me mettre à mon compte. Or, lors de mon stage, mon employeur, qui voulait pourtant m’engager, m’a encouragé à me mettre à mon compte et m’a aidé dans ma démarche. Non seulement il m’a donné des conseils, mais il m’a également fourni des références clients afin de lancer ma propre activité !

À QUELS TYPES DE DOSSIERS ÊTES-VOUS CONFRONTÉ ?

Je traite toutes sortes d’affaires, depuis les infractions commises en voiture aux accusations de meurtre. Pour chaque cas, il faut étudier scrupuleusement la manière dont la police a mené ses investigations. Mon but est de m’assurer que mon client sera traité de manière équitable durant toute la durée de la procédure judiciaire. Et dans une proportion non négligeable de cas, la version des faits retenue par la justice diffère de celle consignée dans le rapport de police. J’ai notamment représenté des personnes accusées de voies de fait graves. Elles ont finalement été jugées non coupables car leur comportement présentait de bonnes raisons de se défendre eux-mêmes ou une tierce personne. Il faut garder en tête qu’aucune situation n’est noire ou blanche.

COMMENT SE CARACTÉRISE UN BON AVOCAT CRIMINEL ?

La formation juridique doit être, bien sûr, très solide. Mais ensuite, il faut être capable d’adapter ses savoirs aux situations de la vie. Comprendre ce qui anime les gens auxquels on est confronté est primordial. Non seulement les motivations des prévenus, mais aussi ceux de l’accusation, des témoins, de la police, des juges…

Apprenez en plus encore en visitant le site du bureau d’avocats de Michael Mines, Mines & Company ici: http://mineslaw.com/

Réseau d'emplois Jobs.ca

#