Reprendre un greffe, ça se passe comment ?

De plus en plus de notaires sont prêts à passer le flambeau à une nouvelle génération. Pour un jeune notaire, il y a des avantages à reprendre un greffe, mais à condition de ne pas brusquer le processus.

Pour le vendeur et l’acheteur, la démarche se doit d’être rigoureuse. Il est conseillé d’avoir un planificateur ou un intermédiaire qui accompagnera les deux parties. « C’est un moment qui peut être émotif pour le vendeur qui s’est attaché à ses clients, car nous sommes présents dans la vie des gens du début à la fin, il faut donc quelqu’un de neutre dans la démarche de cession », dit Benoît Rivet, un notaire qui a été acheteur et vendeur d’études notariales. La transaction est par ailleurs assujettie à la réglementation relative à la cession de greffe.

Les avantages d’acheter un greffe
Pour Benoît Rivet, c’est une bonne façon de commencer dans la profession. « Bâtir sa clientèle prend des années, prendre un greffe permet d’accélérer cette étape », dit-il. Et si l’impact financier d’un tel achat est trop lourd pour une seule personne, il est possible de négocier certaines modalités avec le vendeur — comme le paiement par des bénéfices à venir — ou de s’associer à des collègues. Un bon conseiller financier permettra, à cet égard, la conclusion d’une entente favorable aux deux parties tout en procédant à la difficile évaluation de la valeur du greffe.

« L’acquéreur profite non seulement de la clientèle comme telle, mais aussi de la qualité des relations bâties par son prédécesseur, au fil de nombreuses années. Il n’est pas rare d’avoir la clientèle de tous les membres d’une même famille, des grands-parents aux petits-enfants », dit-il. C’est pourquoi rassurer tous ces gens qui ont confié leurs « secrets » à leur notaire requiert temps et minutie lors d’une cession de greffe.

Malgré ces précautions, il peut y avoir certains départs du côté de la clientèle, la chimie n’opère pas de la même façon avec tout le monde. En revanche, du sang neuf peut propulser l’entreprise plus loin. Un jeune professionnel peut alors développer une nouvelle clientèle tout en étant assuré d’une certaine stabilité de revenus grâce aux dossiers de son prédécesseur.

Il faut compter au moins une année de préparation, idéalement deux, pour le transfert de cette entreprise particulière qu’est une étude de notaire.

Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#