Travailler dans un cabinet boutique : des avantages indéniables

Plus humains, plus personnalisés et offrant des tâches plus variées, les cabinets d’avocats hyperspécialisés ont vraiment de nombreux avantages aux yeux des parajuristes. Portrait du travail dans un cabinet boutique.

 Certains se spécialisent en droit international et en reconnaissance de jugements étrangers. D’autres en litiges en matière de succession et de fiducie, ou encore en droit immobilier et en droit matrimonial. Peu importe leur spécialisation, les cabinets boutiques sont tous à taille humaine et appuient leur pratique sur l’idée que c’est dans les petits pots qu’on trouve les meilleurs onguents ! En restant de taille modeste, ils s’assurent de toujours offrir un service personnalisé et des interactions plus « humaines ».

 C’est vrai pour les relations avec les clients, et c’est aussi vrai en ce qui concerne les relations entre employés, selon Marie-Eve Altur, présidente et fondatrice de Novea Recrutement, qui se spécialise en recrutement dans le monde juridique. « Les relations avec les collègues y sont indéniablement plus conviviales », assure-t-elle.

 Le facteur humain

« Les parajuristes en cabinet boutique ont moins l’impression d’être un numéro ou de faire du travail à la chaîne, ajoute Marie-Eve Altur. Ils développent un sentiment d’appartenance plus profond. »

 De manière générale, les tâches y sont aussi plus variées. Normal : « un cabinet boutique tente de maximiser le plus possible ses ressources internes, et offrira donc une plus grande variété de tâches de nature légale, administrative ou même reliée à la gestion ».

Attention : ce peut aussi être un aspect négatif, par exemple pour le parajuriste qui a peu d’inclination pour l’administration et qui préfère s’en tenir au « juridique »…

 C’est un milieu de travail où la fidélité est naturellement valorisée. « Quand je fais de la chasse de têtes pour un gros client et que je tente de chasser dans un plus petit bureau, les parajuristes me répondent souvent qu’ils ne sont pas intéressés à changer d’emploi, dit Marie-Eve Altur. Leur ambiance de travail conviviale leur plaît trop. »

 Moins riche, mais…

Si vous êtes un parajuriste rêvant d’un gros salaire, le cabinet boutique n’est peut-être pas pour vous. Les échelles salariales y sont moins élevées qu’en grand cabinet.

 En revanche, la plupart témoignent d’une meilleure qualité de vie. « En comparaison avec les parajuristes en grands cabinets, ils ont rarement un objectif d’heures facturables défini. Cela leur permet donc d’avoir moins de pression ainsi que des horaires plus stables », souligne Marie-Eve Altur.

 Parce que la vie vaut bien la peine d’être vécue sans courir…

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#