Le congédiement se fait cavalier? Ce qui arrive?

Les histoires de congédiements cavaliers sont légion. Quand cette situation nous arrive, on peut se demander quels sont nos recours et jusqu’où les entreprises peuvent aller. Le point sur la question.

Peu importe qu’il s’agisse d’une mise à pied individuelle ou massive, il est toujours possible de l’effectuer dans les règles de l’art. Mais quelles sont ces règles, concrètement?

Des règles d’or… pas toujours dorées

Prenons l’exemple d’une représentante qui travaillait pour une grande entreprise de fabrication de produits alimentaires. Son employeur lui annonce sa mise à pied lors d’une rencontre individuelle. On lui demande alors de remettre sur-le-champ le cellulaire et le véhicule de l’entreprise, de même que les pneus d’hiver. Or, les pneus sont entreposés dans une autre ville et, quelle surprise!, elle n’a plus de véhicule pour aller les récupérer. Après un débat houleux, l’employeur accepte de lui payer un taxi…

Pourquoi ce sentiment d’urgence pour remettre les biens de l’entreprise? Il s’agit principalement d’une question de responsabilité civile advenant un accident ou un bris. Dès lors où l’employeur congédie une personne, le lien d’emploi est rompu et les assurances ne permettent pas qu’une personne qui n’est plus considérée comme un employé conduise le véhicule.

« La clé dans ce type de situation réside dans la préparation », souligne Florent Francoeur, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA).

Des mesures « douces »

Lorsqu’il s’agit d’un licenciement collectif, l’employeur ne peut pas toujours avertir l’employé de la situation puisqu’il règne une sorte de secret autour de celle-ci. Il devrait à tout le moins prévoir des mesures pour adoucir la décision, comme un taxi pour le retour à la maison et un moment pour qu’il récupère les contacts dans le cellulaire. Il ne faut pas perdre de vue toutefois que même lorsqu’un employeur prend toutes les mesures possibles pour mitiger l’impact de l’annonce, se faire congédier demeure un événement humiliant et désagréable en soi.

Marie M. s’est, quant à elle, fait raccompagner jusqu’à la porte sans avoir la possibilité de récupérer ses effets personnels ni de dire au revoir à ses collègues. De telles mesures visent à prévenir les débordements auprès des autres collègues ou la suppression de disque dur, par exemple.

« L’idéal, dans ce type de congédiement individuel, est de proposer des solutions à l’employé et de voir avec lui ce qui lui convient le mieux », mentionne Florent Francoeur. L’employeur peut ainsi offrir à l’employé qu’on lui apporte ses effets personnels ou qu’il prenne quelques jours et revienne les récupérer plus tard en plus de pouvoir saluer ses collègues

Dans tous les cas, la façon la plus humiliante de se faire mettre à pied consiste probablement à se le faire annoncer devant tout le monde en se faisant crier : « Toi, t’es dehors! ». Oui, c’est déjà arrivé.

Les recours possibles

Si vous jugez que votre congédiement a été fait de façon irrévérencieuse, le seul recours possible demeure de poursuivre l’employeur sur la base du congédiement fait de manière abusive ou humiliante. Une décision récente des tribunaux a accordé des dommages moraux à un employé qui, même s’il avait été congédié pour une cause juste, avait reçu un traitement que la cour a jugé choquant.

Sachez que les employés qui restent en place observent à leur tour la façon dont l’employeur gère les congédiements. Sa crédibilité peut en souffrir…

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#