Quand la pratique d’une activité physique s’invite dans l’entreprise

Pratiquer un sport en entreprise devient de plus en répandu. Quelle que soit sa taille, votre organisation trouvera toujours une solution pour vous encourager à pratiquer une activité sportive, à participer à un tournoi ou tout simplement à vous faire adopter les gestes essentiels favorisant la détente. Ne vous détrompez pas, l’employeur y trouve aussi un intérêt : productivité améliorée et esprit d’équipe renforcé. Petit tour d’horizon au pas de course…

 

 

Une nécessité devenue absolue?
Sédentarité croissante, durée de transport allongée, stress élevé, utilisation permanente d’objets connectés… n’attendez pas de rentrer brûlé chez vous le soir pour tenter d’évacuer toutes les tensions accumulées pendant votre journée de travail. Sachez écouter votre corps et profitez des pauses-dîner pour vous détresser. Vous en sentirez les bienfaits à très court terme et votre employeur, à moyen terme : l’absentéisme, les congés de maladie et la chute de productivité ne seront que de lointains mauvais souvenirs pour lui! D’après une étude de Santé Canada, votre productivité pourrait être améliorée de près de 10 % si vous pratiquez quotidiennement une demi-heure d’activité physique. Et ce n’est pas tout : vos frais de santé seraient réduits de 7 à 9 %, votre espérance de vie serait améliorée de 3 ans et l’âge à partir duquel vous deviendriez dépendant reculerait de 6 ans, d’après Goodwill-management. De quoi ravir la famille au complet! Sans compter le lien social créé entre les salariés et la cohésion de l’équipe qui s’en trouverait renforcée. On comprend mieux pourquoi l’employeur cherche, de plus en plus, à motiver ses salariés à pratiquer une activité sportive dans l’entreprise… ou en dehors.

 

À chaque entreprise sa solution
Si vous n’êtes pas féru de sport, pas de panique! La pratique d’une activité physique en entreprise n’est qu’une invitation, voire une incitation, de l’employeur… mais en aucun cas une obligation. D’ailleurs, la proposition du boss sera d’autant mieux perçue qu’il mettra à la disposition des sportifs une salle adaptée, un coach et des douches. Vous pourrez alors y pratiquer du yoga, du soccer ou toute autre discipline proposée par les RH. Si votre employeur a quelques dollars à investir, il peut créer une aire de stationnement pour inciter les cyclistes à enfourcher leur vélo le matin ou, si le budget est plus conséquent, creuser une piscine pour y faire des longueurs. Certains employeurs préféreront mettre la main à la poche en finançant partiellement votre abonnement dans un club de sport; en vous offrant une montre type Fitbit qui enregistre votre activité, vos exercices, votre alimentation, votre sommeil; ou encore en vous remettant un bonus, à l’image de l’entreprise Casper, pour tout kilomètre marché ou couru.

Certains employeurs vont même jusqu’à développer un portail (par exemple, CGI avec Mon Portail Santé) sur lequel vous accéderez à votre plan d’action personnalisé, établi à partir d’un diagnostic préalable, qui vous précisera les activités sportives à pratiquer et le régime alimentaire à suivre. Mais, le sport en entreprise, ce n’est pas que la performance. C’est aussi la possibilité de se détendre le midi entre subalternes et supérieurs, de participer à une course à pied entre collègues ou encore de prendre part à un tournoi interentreprises.

 

Que faire si vous êtes foncièrement convaincu des bienfaits d’une activité physique au travail, mais que votre employeur n’a pas encore sauté le pas? Des solutions, il en existe! À court terme, prenez-vous en main en vous astreignant de vous lever toutes les heures, de relâcher vos épaules et de desserrer la mâchoire – ce n’est pas grand-chose, mais le corps appréciera. À moyen terme, suggérez aux RH de recourir à une entreprise spécialisée en sport en entreprise qui s’occupera de tout : organisation, locaux, plages horaires…

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#