Vacances : Le temps de se reposer et décrocher

Chez certains gestionnaires, le temps de prendre ses vacances peut être une source de stress non-désirable. Comment y remédier ?

Le cas des vacances prolongées

Trop de gestionnaires ne prennent qu’une semaine à la fois de peur de partir 3 semaines en ligne ou plus. Si le message du « zéro-cellulaire-ordinateur portable » est très recevable pour une semaine – soit 5 petits jours ouvrables –, il l’est moins pour ceux qui partent plus longtemps. Une semaine peut survivre à un gestionnaire absent à moins d’une urgence nationale et, dans ce cas, pas besoin de préciser qu’on saura déranger le gestionnaire où qu’il se trouve. Même si un gestionnaire qui s’absente 3 semaines ou plus puisse poser certains défis, je crois pourtant qu’il est plus sain de partir en vacances un mois et de consulter ses courriels et ses messages régulièrement que partir une semaine pour en payer le gros prix au retour sans avoir pu vraiment faire une coupure. Des congés prolongés peuvent tout à fait supporter que le gestionnaire réponde à quelques demandes si tant est qu’il ne soit pas obligé de travailler tous les jours pour des dossiers qui pourraient se régler sans lui.

Faire confiance à son équipe 

Je rencontrais récemment un chef d’entreprise qui me confiait son projet de partir l’année prochaine 1 mois en congé. Anxieux, certes, mais déterminé. Une fois la décision prise, la mise en œuvre du projet n’est qu’une question de planification, délégation et de logistique. Tout est là. Il s’agit de faire confiance à ses équipes et d’accepter que l’on ne soit pas si indispensable pendant un certain laps de temps. Il faut admettre que vos équipes feront peut-être quelques erreurs dont elles ressortiront grandies et plus matures. Le fait de ne jamais pouvoir prendre plus d’une semaine à la fois n’est, en fait, qu’un aveu d’incompétence managériale.

Il est fini le temps où les gestionnaires n’osaient pas dire à leurs clients qu’ils se trouvaient en fait sur la plage. De toute façon avec la technologie, on peut, aujourd’hui, être à l’autre bout du monde et joignable, alors quoi? Certains gestionnaires anxieux en congé interrogent leur boite vocale quotidiennement et restent les yeux rivés sur leur téléphone intelligent à l’affût du moindre courriel qui pourrait leur être adressé. Comme ils n’ont pas mis en place de réponse automatique, ils n’ont guère le choix de répondre. Bon je vous l’accorde, ce type de gestionnaires se fait rare ou coûtera bientôt très cher à leur employeur en antidépresseurs et CSST pour épuisement professionnel.

Oui je sais, j’y vais un peu fort, mais il y a de grands bénéfices autant sur le plan personnel que professionnel à prendre une pause prolongée. Il faut que les gestionnaires apprennent à déléguer leurs dossiers, responsabilisent leurs équipes de travail et recrutent du personnel en conséquence. Les périodes de congé devraient se planifier d’une année sur l’autre et, à fin décembre, il faudrait que le gestionnaire sache à quoi s’en tenir.

Cela suppose bien souvent une réorganisation du travail et les entreprises qui travaillent en silos ont généralement beaucoup plus de difficultés que celles qui misent sur une gestion ouverte et transparente basée sur l’intercollaboration. Le partage des dossiers entre collègues suppose que ces derniers ne soient pas mis en compétition en permanence, mais qu’ils soient mobilisés autour du projet commun. Ainsi lorsque l’un sera en vacances, l’autre pourra faire avancer les dossiers quand même. Cela semble pourtant tellement simple…

S’attaquer au problème

Aujourd’hui encore malgré les discours, trop d’entreprises ne s’attaquent pas à ce problème. On laisse les gestionnaires trop souvent en sous-effectif, sans formation ni aide pour devenir de meilleurs gestionnaires. Pensez-y, lors de la prochaine élaboration du plan formation, et inscrivez les cadres à une session intitulée « Prendre un mois de congé et augmenter sa performance ». Ça ne devrait pas être trop difficile à leur vendre et profitez-en pour leur faire suivre une formation sur la délégation et la planification des RH. Pour plus d’efficacité, inscrivez donc le comité de direction au complet dès le départ!

Sur ce, bon été et bonne rentrée!

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#